Les oubliés du prétoire: les interprètes judiciaires en Tunisie à l’époque coloniale (1883-1955) – 5in10 with Hend Guirat

Hend Guirat est maitresse-assistante au département d’histoire de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis, elle a soutenu en 2014 à l’EHESS (Paris), une thèse sur «La peine de mort en Tunisie sous le protectorat. Les condamnations prononcées par la justice pénale française (1883-1955)». Ses travaux de recherche portent essentiellement sur l’histoire de la justice à l’époque coloniale et postcoloniale et sur les divers acteurs de la hiérarchie judiciaire (magistrats, interprètes et avocats). Elle s’intéresse également à la question du genre et de la justice. Elle est membre du Laboratoire Monde arabo-islamique médiéval (FSHST).

Hend Guirat

Comment expliquez-vous votre travail à quelqu’un qui n’est pas expert dans le même domaine et qui vient d’un autre contexte géographique?

Je suis Hend Guirat, historienne, enseignante-chercheure à l’université de Tunis. Mes travaux de recherche portent essentiellement sur l’histoire judiciaire en Tunisie à l’époque coloniale et post-coloniale.

Mon projet de recherche au sein du MECAM porte sur «Les oubliés du prétoire : les interprètes judiciaires en Tunisie à l’époque coloniale (1883-1955)».

La figure de traducteur – ou de drogman – existe bien avant l’établissement du protectorat français en Tunisie (le 12 mai 1881). Mais avec la colonisation, maîtriser la – ou – les langue(s) locale(s) devient un enjeu majeur de domination. Le gouvernement français a intensifié le recours à l’interprétation dans tous les rouages de l’administration. Dans le domaine judiciaire, la langue française est admise dans la procédure orale et écrite. Les interprètes accompagnent les juges dans l’exercice quotidien de leur métier. Ils sont donc des témoins directs de l’action de la justice, parfois de ses excès. Retrouver les traces de ces intermédiaires est possible grâce à une riche documentation conservée de part et d’autre de la Méditerranéen. 


Qu’est-ce qui vous a intrigué au début de votre parcours académique ? Quelles rencontres et quels défis ont été formateurs pour vous?

Au début de mon parcours académique, je m’intéressais à suivre le parcours des personnes anonymes – des criminels, ou considérés comme tels – qui n’ont laissé de traces que dans les archives judiciaires. La vie de ces hommes (il y avait très peu de femmes) traduits devant la justice pénale française permet de se plonger dans la société coloniale, de remonter aux rapports qui existaient entre colons et colonisés et de montrer comment la machine judiciaire coloniale a géré ces rapports.

J’ai essayé de développer ces questionnements dans ma thèse consacrée à « La peine de mort en Tunisie : les condamnations prononcées par la justice pénale française ».Travailler sur un sujet lourd, mais passionnant comme celui de la peine de mort, m’a permis de constater que l’histoire judiciaire peut être aborder non pas uniquement par sa clientèle (les condamnés), mais également par ses acteurs. Depuis quelques décennies, plusieurs études consacrées aux magistrats et aux avocats ont vu le jour. Mais les travaux consacrés aux « subalternes » ne sont pas nombreux. Une réflexion sur l’histoire de l’institution judiciaire par le bas, c’est-à-dire en mettant l’accent sur des « acteurs de second plan », tels que les interprètes judiciaires me semblait nécessaire.


En quoi votre travail est-il lié aux visions du futur et comment aborde-t-il les questions de disparités?

L’intérêt particulier d’étudier le passé pour comprendre le présent et tenter de penser le futur passe aussi par l’étude d’un système judiciaire, très complexe d’ailleurs, institué dans un contexte de domination coloniale. Le cas des interprètes judiciaires montre que, même si le gouvernement du protectorat vantait la mise en place d’un droit calqué sur le modèle français, la machine judiciaire ne fonctionnait pas de la même manière qu’en métropole. Elle est accablée par une série de disparités.

Il y avait une disparité qui existe tout d’abord entre les justiciables eux-mêmes : colons/colonisés, Français/Italiens, etc. Le recours massif aux interprètes de la langue arabe montre que la justice française avait affaire à des justiciables locaux, à des « indigènes ». La disparité existe aussi entre le corps des interprètes et le reste du personnel judiciaire, puisque même si la mission accordée aux premiers était immense, ils étaient des hommes de l’ombre, ou des fonctionnaires de circonstance. Ce ne fut pas vraiment le cas des magistrats qui étaient considérés comme les véritables piliers de la colonisation.

Quel est le rôle des sciences humaines et sociales en période de bouleversements ? Et quelle peut être la tâche et le public d’un universitaire?

Dans un monde marqué par une crise aux multiples facettes (humanitaire, sécuritaire, climatique, identitaire, etc.), les sciences humaines et sociales jouent un rôle réflexif déterminant. Le renouvellement des objets de recherche, des supports (archivistiques ou autres) et des outils (les humanités numériques, à titre d’exemple) donnent aux sciences humaines et sociales la place qui leur était indubitablement attribuée.

La justice et le droit plus particulièrement ont été largement mobilisés dans les périodes de crise. Les relations souvent ambigües entre justice et politique méritent d’être appréhendées. Dans un contexte exceptionnel comme celui d’un pays colonisé, un regard rétrospectif sur le fonctionnement de la justice permet de constater le hiatus entre la justice « juridique » et la justice « morale ».

Pouvez-vous recommander un livre, un texte, un film ou une exposition qui traite de manière efficace les questions et les visions du futur tout en abordant de manière intéressante les inégalités?

«Douze hommes en colère» est un film américain sorti en 1957. Le film raconte le procès d’un jeune homme d’origine modeste accusé de parricide. Lorsque le jury populaire, constitué de douze membres s’est retiré pour délibérer, tout laisse à croire que le sort de l’accusé est scellé et qu’il est le véritable coupable.

Un membre du jury commence à semer le doute. Seul contre tous, il va construire un système d’argumentation et réussir à convaincre les autres membres du jury de l’innocence de l’accusé qui encourait la peine capitale.

Riche en enseignements, le film est toujours d’actualité et permet de relancer le débat sur un système judiciaire marqué par l’absence de la présomption de l’innocence. Il remet aussi en question la peine de mort comme une sentence fondée parfois sur les préjugés et l’arbitraire. 


Citation: Les oubliés du prétoire: les interprètes judiciaires en Tunisie à l’époque coloniale (1883-1955) – 5in10 with Hend Guirat, in: TRAFO – Blog for Transregional Research, 28.05.2024, https://doi.org/10.58079/11qdo



Diesen Blogbeitrag zitieren
Forum Transregionale Studien (2024, 28. Mai). Les oubliés du prétoire: les interprètes judiciaires en Tunisie à l’époque coloniale (1883-1955) – 5in10 with Hend Guirat. TRAFO – Blog for Transregional Research. Abgerufen am 15. Juni 2024, von https://doi.org/10.58079/11qdo

Forum Transregionale Studien

The Berlin-based Forum Transregionale Studien promotes the internationalization of research in the humanities and social sciences. It provides scope for collaboration among researchers with different regional and disciplinary perspectives and appoints researchers from all over the world as Fellows. More...

Das könnte dich auch interessieren …

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search