Dévoilement des Identités et Croyances Religieuses: l’Enseignement Chiite Dans le Milieu Savant à Kairouan à l’Èpoque Fatimide – 5in10 avec Asma Helali

Asma Helali est Maitre de conférences en islamologie à l’Université de Lille (France), elle a occupé plusieurs postes de recherche dans le monde arabe ainsi qu’en Europe et au Royaume-Uni. Ses recherches portent sur la transmission des textes religieux en Islam premier. Au sein de MECAM, le projet d’Asma Helali porte sur le dévoilement des croyances et identités religieuses:  l’enseignement des textes religieux dans le milieu de Qayrawan au 11ème siècle. A. Helali est auteur de The Sanaa Palimpsest: The Transmission of the Qur’an in the First Centuries AH (Oxford University Press, 2017) et co-auteur avec Stephen R.  Burge, de, The Making of Religious Texts in Islam: The Fragment and the Whole (Gerlach, 2019).

Asma Helali

Comment expliquez-vous votre travail à quelqu’un qui n’est pas expert dans le même domaine et qui vient d’un autre contexte géographique ?

J’ai le privilège de travailler dans le domaine de l’histoire des textes religieux, il est rare d’avoir une attitude d’indifférence face au phénomène religieux. Dans mes travaux de recherche, j’explore les manuscrits islamiques médiévaux à la recherche des traces graphiques, textuels et visuels qui montrent que le manuscrit a été utilisé comme support d’enseignement. Les notes marginales, les annotations entre les lignes dans les manuscrits du Coran et ceux de la tradition prophétique (Hadith) m’intéressent en premier lieu. Il est courant que les notes appelées « paratextes » qui sortent du cadre du texte principal (signes graphiques, ornementation, corrections, etc.), en disent long sur les différentes vies du manuscrit avant qu’ils arrivent entre nos mains, nous, chercheurs du 21ème siècle. J’explique souvent mon travail comme l’étude de la littérature religieuse, son histoire, sa composition, et ses acteurs comme un phénomène historique. Ma réflexion émane de ma liberté intellectuelle et n’est entravée par aucune forme de subjectivité ou de censure.

Qu’est-ce qui vous a intrigué au début de votre parcours académique ? Quelles rencontres et quels défis ont été formateurs pour vous?

Les textes religieux exercent souvent une certaine fascination car ils s’adressent à la sphère intime de la croyance et établissent un lien entre l’humain et sa propre finitude. Le défi auquel fait face tout chercheur dans les études religieuses est de construire une posture académique qui soumet les textes sacrés à des outils d’analyses propres aux sciences humaines et écarte ainsi toute implication émotionnelle avec le texte. Cette posture pose parfois problème car elle est perçue comme une profanation pour ainsi dire des textes sacrés. L’anecdote répétitive à laquelle je suis exposée est d’être questionnée sur mes croyances, sur mon mode vestimentaire ou mes habitudes afin de m’identifier par rapport à la religion, notamment, l’Islam. Ainsi, en tant que femme, arabe et islamologue, je pose parfois autant de problèmes que ces représentations sociales et politiques posent aujourd’hui problème.

En quoi votre travail est-il lié aux visions du futur et comment aborde-t-il les questions de disparités ?

Mercia Eliade, l’historien des religions probablement le plus important du siècle dernier a établi que l’Homme a créé le sacré afin de répondre à la question de son futur, c’est-à-dire sa propre mort. Dans ce sens, l’histoire de la religion montre l’égalité du destin des êtres humains et les similitudes des expériences du sacré. Sur un plan plus personnel, mon engagement en tant que chercheuse en islamologie est celui de me mettre, du côté des Indiens (pour faire écho au titre d’un roman français). J’entends par là que je m’intéresse à un monde stigmatisé, le monde musulman, dont la marginalisation prend des formes de plus en plus radicales qui se manifestent sur les plans académique, politique et social. Mes recherches portent sur les manuscrits arabo-islamiques. Néanmoins, les manuscrits représentent la base de mon travail dont la portée touche à l’histoire des idées religieuses en Islam. Dans mes recherches, j’essaye de m’affranchir de trois sortes de cadres : le cadre orientaliste (l’islamologie étant le pure produit de l’orientalisme et est toujours emprisonnée dans les catégories de l’orientalisme du 19ème et 20ème siècle), le cadre politique et idéologique (l’islamologie étant souvent associée, malencontreusement, aux études islamiques d’un côté et, d’un autre côté, à un monde perçu comme décadent à plus d’un titre), le cadre social (l’islamologie étant un domaine méconnu et mal connu). Pour moi, l’avenir est représenté par mes étudiants et par ma mission de transmettre mon savoir-faire et surtout de transmettre le principe de la liberté de penser. 

Quel est le rôle des sciences humaines et sociales en période de bouleversements ? Et quelle peut être la tâche et le public d’un universitaire ?

Les sciences humaines offrent les outils qui permettent d’analyser les instants de bouleversement historiques. Dans le domaine de l’islamologie et du travail sur les manuscrits arabo-islamiques, ces outils consistent en la philologie, les sciences des manuscrits, l’histoire intellectuelle, etc. Je vois ma mission de chercheuse comme artisane des moyens de la réflexion.  Ainsi, il est essentiel pour moi d’apprendre à mes étudiants la méthodologie qui leur permet de lire et analyser un texte religieux. Le chercheur, comme l’artiste, porte le poids des changements, il ne donne pas de réponses aux interrogations qui l’assaillent mais crée l’espace de la pensée libre et pousse les interrogations aussi loin que le permet l’audace de l’esprit humain.

Pouvez-vous recommander un livre, un texte, un film ou une exposition qui traite de manière efficace les questions et les visions du futur tout en abordant de manière intéressante les inégalités?

Mercia Eliade, Le sacré et le prophane est un ouvrage qui montre le processus selon lequel le sacré s’infiltre dans tous les aspects de la vie humaine afin d’en appréhender l’inconnu, c’est-à-dire l’avenir de l’humain et sa mort. Si on applique la réflexion d’Eliade sur l’histoire de l’Islam, on remarque que l’apparition de l’Islam au 7ème siècle, période de « l’antiquité tardive » correspond à l’apparition de mouvements messianiques qui annoncent la fin des temps. Il y’a une apparence de paradoxe entre la fin des temps et l’apparition de nouvelles religions qui règlent la vie des humains. Mais il n’en est point car la fin du monde nécessite, dans certaines visions eschatologiques messianiques dont celle propre à l’Islam Shiʿite, la préparation de l’humanité au règne de Dieu et à l’ultime bataille entre les forces du bien et celles du mal qui le précède. La comparaison avec l’histoire de l’humanité aujourd’hui montre que le signal d’alarme écologique aurait la même fonction, celle d’annoncer la fin proche de la vie sur terre, c’est-à-dire, l’apocalypse. Il serait intéressant de comparer les deux périodes historiques et d’observer comment l’Homme essaye à chaque fois d’imaginer son avenir et d’appréhender sa perte ou plutôt de lui donner un sens. La leçon tirée de cet ouvrage est que l’inégalité entre les Hommes est une chimère, car tous ont le même destin, ils vont vers ce qui les dépassent, c’est-à-dire leur propre finitude. Eliade explique néanmoins, indirectement, comment en donnant la réponse à cette finitude, la religion devient à son tour, une arme de combat entre les hommes pour une survie encore une fois, chimérique. 


Citation: Dévoilement des Identités et Croyances Religieuses: l’Enseignement Chiite Dans le Milieu Savant à Kairouan à l’Èpoque Fatimide – 5in10 avec Asma Helali, in: TRAFO – Blog for Transregional Research, 05.04.2024, https://trafo.hypotheses.org/50642


OpenEdition schlägt Ihnen vor, diesen Beitrag wie folgt zu zitieren:
Forum Transregionale Studien (5. März 2024). Dévoilement des Identités et Croyances Religieuses: l’Enseignement Chiite Dans le Milieu Savant à Kairouan à l’Èpoque Fatimide – 5in10 avec Asma Helali. TRAFO – Blog for Transregional Research. Abgerufen am 18. Juli 2024 von https://doi.org/10.58079/vye3


Forum Transregionale Studien

The Berlin-based Forum Transregionale Studien promotes the internationalization of research in the humanities and social sciences. It provides scope for collaboration among researchers with different regional and disciplinary perspectives and appoints researchers from all over the world as Fellows. More...

Das könnte dich auch interessieren …

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search