Enchevêtrement du Maghreb: Aspects culturels et politiques d’une région en mouvement

Vous trouverez une version anglaise de cet article ici.

Par Imen Louati and Julius Dihstelhoff

Julius Dihstelhoff, Charlotte Pardey, Rachid Ouaissa, and Friederike Pannewick (eds.), Entanglements of the Maghreb: Cultural and Political Aspects of a Region in Motion, Bielefeld: transcript Verlag, 2021.

Cette anthologie vise à produire une nouvelle approche pour aborder les études régionales au Maghreb. En effet, saisir l’hétérogénéité du Maghreb et sa dynamique est essentiel pour réfléchir aux transformations récentes, non seulement au Maghreb mais dans le monde arabe en général, en particulier en relation avec les soulèvements arabes de 2010-11.

Ces travaux rassemblés explorent explicitement les multiples “enchevêtrements” ou “Entanglements” culturels et politiques de la région et leurs dynamiques transrégionales.

Entanglement: methode et approche

Dans cette anthologie, les éditeurs soulignent que le Maghreb est une région “en mouvement” et se concentrent sur “Entanglement” en tant que concept interdisciplinaire et interlinguistique afin de donner à cette région toute sa dimension de complexité. La région du Maghreb est une intersection de divers espaces géographiques, religieux, culturels, politiques et économiques. Elle relie également l’Afrique, l’Europe et le Moyen-Orient. Si les connexions et les intersections sont partagées par chacun des pays du Maghreb (Algérie, Libye, Mauritanie, Maroc et Tunisie), ces États-nations distincts n’en possèdent pas moins leur propre histoire, leurs productions culturelles, leurs langues et leurs politiques. 

Pour saisir le dynamisme remarquable du Maghreb, il est nécessaire de considérer la tension entre ses disparités culturelles, linguistiques, économiques et politiques, d’une part, et, d’autre part, les liens et interdépendances étendus qu’il entretient avec l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Europe, qui l’ont caractérisé tout au long de son histoire. Toute analyse rigoureuse doit prendre en compte ces disparités et ces réseaux complexes de relations, car ils constituent la base structurelle des processus de transformation en cours et, par conséquent, les conditions préalables aux développements futurs.

Le concept de ‘Entanglement’ est donc parfaitement adapté à l’analyse de cette région. Cette approche couvre le large spectre des “histories of transfert” et des “histories of entanglement” et met en évidence le caractère hybride des différentes unités du Maghreb, tout en abordant la méthodologie classique consistant à considérer des cas nationaux isolés.

L’introduction de ce livre, rédigé par Julius Dihstelhoff et Charlotte Pardey, est consacrée à la fois à l’explication et à l’application de ce concept. Celui-ci est défini ici “comme la combinaison des discontinuités, des renversements et des superpositions ; l’interpénétration et l’enveloppement de différents aspects”.[1] Utilisé comme équivalent aux mots allemands et français Verflechtung/enchevêtrement et Verschränkung/intrication, “entanglement” ici n’a plus le sens négatif qu’il porte en anglais, mais plutôt un ton plus neutre tel que défini en français et en allemand. C’est d’ailleurs également le cas en arabe, avec son mot équivalent tashābuk.

Les éditeurs ont alors réuni un groupe interdisciplinaire d’auteurs pour opérationnaliser le concept de ‘Entanglement’ et mener une recherche à multiples facettes. Les points suivants ont revêtu une importance particulière à travers ces contributions : la prise en considération de la relation entre le chercheur et l’objet de recherche ; la consécration des perspectives de recherche interdisciplinaires ; l’utilisation de sources multilingues ; et une attention particulière a été accordée aux interdépendances au sein et/ou du Maghreb. Cependant, les perspectives de pays individuels sont également incluses en tant qu’exemples de modèles plus larges. De plus, dans l’esprit du multilinguisme et de la stratégie générale du volume, les différents textes n’ont pas été traduites, mais gardées en anglais ou en français, telles que rédigés par leurs auteurs.

Image: Julius Dihstelhoff.

Le Maghreb: une region ‘en mouvement’

Souvent considéré comme une périphérie – une sphère d’influence d’autres puissances, où se jouent de multiples compétitions – le Maghreb est, dans cette optique, un espace marqué par la conquête de puissantes civilisations et sans identité historique propre ; il est condamné à être un sujet et non un objet de l’histoire. Pourtant, les protestations populaires de 2011, qui ont émergé au Maghreb et ont profondément changé la dynamique de la région, ont rendu visible la diversité du monde arabe et, surtout, la diversité des sociétés maghrébines et les profondes mutations qui les traversent.

Les forces motrices des protestations populaires de 2011 ont permis aux réalités politiques et sociales de remettre en cause l’image du Maghreb comme un région stagnée et homogène, dépassant ainsi définitivement son statut de périphérie. Les sociétés maghrébines connaissent des transformations rapides qui bouleversent les structures sociales, les croyances et les relations sociales traditionnelles.

Les contributions de cet ouvrage s’articulent donc autour des notions de mouvement et de mutation et apportent des éclairages analytiques et disciplinaires stimulants dans le domaine des études maghrébines. Elles offrent également des connaissances de pointe dans une perspective interdisciplinaire.

L’anthologie: une vue d’ensemble

Cette anthologie comprend quatre sections avec un total de 11 chapitres, des travaux de chercheurs européens, maghrébins et américains et aborde les ‘entanglements’ au Maghreb à travers différents domaines de recherche, tels que la littérature, la science politique et d’autres sciences sociales, en anglais et en français.

L’introduction, comme mentionné ci-dessus, contextualise le concept d’entanglement dans les études maghrébines. Dihstelhoff et Pardey fournissent une explication exhaustive du concept, depuis ses connotations en français, en anglais et en arabe, jusqu’à son utilisation concrète dans cette anthologie, en passant par sa conceptualisation dans les sciences humaines et dans la recherche politique, et notamment dans les approches historiques et postcoloniales.

“Conceptions du Maghreb”, la première section, développe des perspectives globales sur le caractère interdépendant du Maghreb pour compléter le concept d’entanglement et les spécificités de la région du Maghreb. Cette section examine les différentes idées et visions du Maghreb, de ses frontières et de ses identités. Concrètement, Karima Dirèche et Rachid Ouaissa abordent le Maghreb dans une perspective historique et interdisciplinaire.

La deuxième section, “Entanglements of Mobility and Society”, examine de plus près les dynamiques de mouvement et les processus de changement socio-politiques au sein et en dehors des sociétés maghrébines. L’article de Hakim Abderrezak, “The Maghreb Entangled and Ensnared in European Webs : Nets, Knots, Spiders, and Sirens as Symbols of Clandestine Sea-Crossings”, analyse la littérature et le cinéma maghrébins qui mettent en scène la migration clandestine, ce que l’auteur juge essentiel pour comprendre le Maghreb d’aujourd’hui et ses enchevêtrements. Dans la même section, l’article de Lahouari Addi, “Anthropologie de la conscience nationale au Maghreb”, examine les processus d’imbrication culturelle et politique. Il réfléchit sur la conscience nationale au Maghreb et explique, par des facteurs politiques, les différences entre l’Algérie, le Maroc et la Tunisie, malgré leurs caractéristiques culturelles similaires. Le troisième article de cette section, “Le ḥirāk du Rif et la diaspora en Europe : espaces mentaux enchevêtrés” de Christoph Schwarz, traite des activistes du mouvement marocain ḥirāk basés en Europe vers 2017. L’auteur aborde les positions des militants européens, entremêlées entre l’Europe et leur pays d’origine, le Maroc (et plus précisément la région du Rif). Fadma Aït Mous clôt cette section avec son article, “L’instruction des filles dans le Maghreb colonial”. Elle aborde les enchevêtrements sociaux à travers l’exemple de l’éducation des filles au Maghreb, qui a évolué au lendemain de l’indépendance de la région et a préoccupé les autorités coloniales et les élites maghrébines. Sa recherche vise à expliquer l’instrumentalisation persistante de la “question” des femmes par les féminismes étatiques et les mouvements sociaux.

La troisième section, “Entanglements of Identities and Multilingualism”, se concentre sur la culture du Maghreb. Les chapitres se penchent sur la langue et sur la simultanéité et les interactions des identités multilingues dans cet espace culturel hétérogène. Abordant le sujet sous l’angle des études sur la mémoire, “Entangled Memory : Saint Augustin in Colonial and Postcolonial Texts” de Claudia Gronemann considère Saint Augustin comme une figure symbolique dans les discours culturels maghrébins et examine l’évolution de la signification du saint dans la tradition culturelle du Maghreb. Samia Kassab-Charfi traite du multilinguisme au Maghreb dans “La question du multilinguisme au Maghreb : représentations de la langue et postures d’appropriation”, en se concentrant sur les enchevêtrements culturels sous la forme de dynamiques interlinguistiques, telles que les représentations linguistiques, les relations entre les langues, les attitudes d’appropriation et leurs empreintes respectives sur l’identité. Dans le troisième chapitre de cette section, “Defying Language Ideologies : A View from Morocco”, Karima Laachir aborde les traditions littéraires multilingues du Maghreb avec un accent particulier sur le contexte marocain.

La dernière section de l’anthologie, “Entanglements of Politics and Economics”, se penche sur la composition politique, économique et culturelle de la région. Dans le premier article de cette section, “Les Printemps berbères. Pour en finir avec un Maghreb arabe ?” Karima Dirèche étudie le rôle du berbérisme historiquement marginalisé dans la protestation collective et explore la politisation et la résistance croissantes des Berbères. Elle considère ces derniers processus comme l’expression d’enchevêtrements socioculturels et politiques, qui ont particulièrement reflété la pluralité ethnique et linguistique des sociétés maghrébines depuis 2011. Janicke Stramer-Smith explore la mobilité socio-politique et les structures de pouvoir existantes dans “Socioeconomic Factors and Political Mobilization in the Maghreb : Lessons from the Arab Spring”. L’auteur y compare les différents résultats des mouvements populaires en Algérie, en Libye, au Maroc et en Tunisie, et les relie aux variations de la gouvernance et des structures de pouvoir façonnées par les expériences coloniales et les politiques post-indépendance. Enfin, dans son article intitulé “Rent, Globalization, Dependency, and Impediments to Growth in the Maghreb”, Hartmut Elsenhans explique l’absence de croissance autonome au Maghreb par l’incapacité de cette région à concurrencer des pays industrialisés orientés vers l’exportation, comme le Vietnam. Il affirme que pour sortir de cette impasse, les pays maghrébins doivent résoudre leur dépendance à l’égard des importations alimentaires.

L’anthologie s’achève par un chapitre collectif rédigé par les éditeurs. Il s’agit des réflexions sur le future et l’urgence de la recherche sur le Maghreb. Ils y font le point sur l’état actuel de la recherche dans le domaine des études maghrébines et tentent de se projeter dans l’avenir, en envisageant d’autres possibilités de travail interdisciplinaire dans ce domaine. Désormais le Maghreb est une région à part entière qu’il faut prendre en considération.


[1] Dihstelhoff J. & Pardey C., “Entanglements in/of the Maghreb” in Dihstelhoff J. & Pardey C., Ouaissa R., Pannewick F., (2021) Entanglements of the Maghreb: Cultural and Political Aspects of a Region in Motion. transcript Verlag. Postcolonial Studies. p 19. ISBN: 978-3-8394-5277-6.


Imen Louati (Dr.) est programme manager pour le Merian Centre for Advanced Studies in the Maghreb (MECAM). Elle est impliquée dans la mise en œuvre du programme de recherche avec le coordinateur académique, y compris la communication scientifique, la planification d’événements et les relations publiques.

Julius Dihstelhoff (Dr.) est chargé de recherche au département de politique du Centre d’études du Proche et du Moyen-Orient (CNMS) de l’Université Philipps de Marburg. Il est coordinateur académique du Centre Merian pour les études avancées au Maghreb (MECAM) à Tunis/Tunisie. Ses recherches portent sur l’islam politique et la politique étrangère allemande dans le monde arabe depuis le “printemps arabe” de 2010/2011, avec un accent particulier sur les processus de transformation tunisiens et l’islam politique.


Citation: Imen Louati and Julius Dihstelhoff, Enchevêtrement du Maghreb: Aspects culturels et politiques d’une région en mouvement, in: TRAFO – Blog for Transregional Research, 02.11.2021, https://trafo.hypotheses.org/31280.


Das könnte dich auch interessieren …

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search