L’historiographie africaine et les défis de la périodisation européenne : un commentaire historique

Par Ihediwa Nkemjika Chimee

Traduit de l’anglais par Célia Burgdorff

L’historiographie africaine suit des divisions, schémas et séquences imposés par les européens. Ceux-ci ont affirmé dans le passé que l’histoire africaine n’existait pas et que l’histoire de l’Afrique débute avec l’histoire des européens en Afrique. Dans cet état d’esprit, en créant ce qu’ils ont appelé l’histoire africaine, les premiers historiens eurocentriques l’ont périodisée en séquences à leur manière. Ainsi, la périodisation de l’histoire africaine a eu tendance à se concentrer sur les événements qui coïncidaient avec les explorateurs européens intrusifs, plutôt que sur les événements qui les précèdent. Ainsi, la périodisation de l’histoire africaine comporte des lacunes, surtout en ce qui concerne le passé du continent avant les contacts avec l’Occident. En effet, la structure de l’historiographie africaine a plus à voir avec le début de la traite transatlantique des esclaves qu’avec les expériences africaines. Ainsi, l’histoire africaine devrait être périodisée de telle sorte que les multiples fragments de son passé, les cultures, les langues, les religions, les philosophies, la cosmologie, les arts, l’esthétique, la musique, la danse, la guerre, les architectures, l’agriculture, l’astrologie, les rituels, la navigation, l’artisanat, les industries, etc. soient pris en compte afin de représenter les particularités de l’histoire du continent. La périodisation au fil des siècles a laissé beaucoup de choses à saisir méthodiquement, ce qui a créé un déficit de connaissances historiographiques de l’Afrique. Cet article a pour but de réexaminer l’historiographie africaine et de révéler les défauts du schéma de périodisation de l’histoire de l’Afrique. Il plaide également en faveur d’une restructuration de la périodisation historique en fonction des aspects du passé de l’Afrique qui n’ont pas été étudiés en profondeur et structurés de manière historique.

Le cheminement douloureux vers une historiographie de l’Afrique

Le continent africain est plein de diversité que l’on retrouve dans tous les domaines. Cela explique la multitude d’interprétations donnée aux réalités et aux circonstances de l’Afrique. Des découvertes archéologiques en Afrique de l’Est ont fait apparaître l’Afrique comme le berceau de la vie humaine, et des preuves historiques ont montré que l’Afrique était autrefois une porte d’entrée vers une « civilisation géniale ». L’écriture de l’histoire africaine est un défi dont la complexité réside dans le manque à la fois de documents écrits complets et de preuves archéologiques globales qui couvrent toutes les zones de l’Afrique. De cette manière, la recherche historique sur l’Afrique est restée entre les mains d’aventuriers, de marins, d’écrivains et d’historiens amateurs étrangers, dont la plupart ne se sont jamais aventurés au-delà des franges côtières des régions d’Afrique qu’ils ont visitées. Malheureusement, l’histoire de l’Afrique a eu tendance à se concentrer sur les activités de deux groupes, les Arabes et les Européens en Afrique. Cela a fait naître une sorte de confusion dans l’historiographie africaine car elle a majoritairement été écrite par des plumes étrangères et suit donc les périodisations étrangères. Les séquences historiques propres à l’Afrique se retrouvent ainsi chamboulées, dominées par des externalités qui ne correspondent pas aux réalités du passé de l’Afrique.

Des découvertes archéologiques en Afrique de l’Est ont fait apparaître l’Afrique comme le berceau de la vie humaine, et des preuves historiques ont montré que l’Afrique était autrefois une porte d’entrée vers une « civilisation géniale ». L’écriture de l’histoire africaine est un défi dont la complexité réside dans le manque à la fois de documents écrits complets et de preuves archéologiques globales qui couvrent toutes les zones de l’Afrique. De cette manière, la recherche historique sur l’Afrique est restée entre les mains d’aventuriers, de marins, d’écrivains et d’historiens amateurs étrangers, dont la plupart ne se sont jamais aventurés au-delà des franges côtières des régions d’Afrique qu’ils ont visitées. Malheureusement, l’histoire de l’Afrique a eu tendance à se concentrer sur les activités de deux groupes, les Arabes et les Européens en Afrique. Cela a fait naître une sorte de confusion dans l’historiographie africaine car elle a majoritairement été écrite par des plumes étrangères et suit donc les périodisations étrangères. Les séquences historiques propres à l’Afrique se retrouvent ainsi chamboulées, dominées par des externalités qui ne correspondent pas aux réalités du passé de l’Afrique.

Couverture de l’ouvrage Races of Africa de C.G. Seligman, édition de 1966.

 Certains auteurs européens ont attaqué et même mis en cause l’héritage historique de l’Afrique ; l’un d’eux est même allé jusqu’à dire : « L’Afrique n’avait pas d’histoire avant l’exploration et la colonisation européenne, il n’y a que l’histoire des Européens en Afrique. Le reste, c’est de l’obscurité », son passé « les girations peu édifiantes de tribus barbares dans des coins pittoresques mais sans importance du globe » (Trevor-Roper, 1963 : 871). Même Hegel, dans une tentative apparente de salir l’Afrique, a un jour affirmé que « l’Afrique n’est pas une partie historique du monde ; elle n’a aucun mouvement ou développement à exposer » (Hegel : 1956, 99, La philosophie de l’histoire). Niant l’association de tout un continent à toute sorte de civilisation, C. G. Seligman écrivait avec effronterie dans ses Races d’Afrique que « les civilisations de l’Afrique sont les civilisations des Hamites, son histoire est le témoignage de ces peuples et de leur interaction avec les deux autres souches africaines, les Nègres et les Bushmen » (Seligman, 1930, 96). Il défend alors que les deux autres « races » étaient incapables de réaliser quoi que ce soit sans l’influence des Hamites. Son adhésion au mythe de la supériorité des personnes à peau claire n’était qu’une partie du préjugé européen omniprésent à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Ces remarques tranchantes sur le passé de l’Afrique sont toutes le résultat de l’inclination d’une partie de l’humanité à avilir et à dénigrer une autre. L’absence de documents écrits dans une grande partie de l’Afrique a posé un grand défi à la reconstruction historique de son passé, et c’est ce qui a incité les universitaires africains à évoluer et à insister sur l’utilisation de l’histoire orale pour la reconstruire, sans se soucier des lacunes inhérentes à ce médium.

Les effets très négatifs du colonialisme sur tous les aspects imaginables de la vie en Afrique sont bien connus. Même avant le colonialisme, l’Afrique souffrait sous le poids du saccage européen incarné par la traite des esclaves de l’Atlantique. Cette traite a duré plus de quatre siècles et a vu la spoliation du continent, le privant de son avenir et de ses perspectives. Il n’y avait pas de fossé entre l’esclavage et le colonialisme ; les ravages ont donc continué, entraînant de nombreuses distorsions des réalités africaines. L’écriture de l’histoire de l’Afrique par les Européens a d’abord signifié qu’ils écrivaient à partir de leurs perspectives sur l’Afrique et de ce qu’ils pensaient correspondre, et non essentiellement sur les réalités passées de l’Afrique. L’étude de l’histoire de l’Afrique par les autochtones n’est apparue qu’au début du XXe siècle, lorsque des étudiants de divers États africains, qui avaient le privilège de recevoir un enseignement supérieur en dehors de l’Afrique, ont commencé à rentrer chez eux et à enseigner dans quelques établissements d’enseignement supérieur créés par les puissances coloniales respectives. C’est par ce biais que l’histoire africaine a été redécouverte. Dans ces quelques universités qui existaient en Afrique, l’histoire africaine n’était pas enseignée et n’a jamais figuré dans les programmes d’études ; elle était simplement éclipsée par les histoires européenne et américaine. Les nationalistes africains se sont battus contre cette tendance dans l’enseignement supérieur, et les intellectuels d’origine africaine qui sont revenus ont relevé le défi de développer des cours sur l’histoire africaine. Il en va de même pour la philosophie africaine qui, selon les philosophes occidentaux, n’a jamais existé. Dans cette lutte pour recréer l’histoire africaine, l’Université d’Ibadan, puis le University College Ibadan (car il s’agissait d’un appendice de l’Université de Londres, qui délivrait des diplômes aux étudiants d’Ibadan, au Nigeria, mais leur accordait des licences et des baccalauréats de l’Université de Londres), ont pris les devants. Au Sénégal, l’université a ouvert en 1950 et est devenue une université à part entière en 1957, et au Congo belge, une université a ouvert en 1954. Le Liberia avait déjà ouvert une université en 1864 et la Sierra Leone en 1876. Ces universités ont commencé à admettre et à former des étudiants africains dans les quelques disciplines qui existaient à l’époque, y compris l’histoire. La bataille pour la création de l’historiographie africaine a donc commencé avec le retour des intellectuels africains qui étaient partis étudier en Europe et en Amérique et qui sont maintenant entrés dans le monde universitaire dans leur pays d’origine. La première entreprise vers la « déseuropéanisation » ou la « désoccupation » de l’histoire de l’Afrique a été la création de cours sur des aspects de l’histoire africaine et la rédaction de livres sur l’histoire africaine, créant ainsi une plate-forme pour le développement d’une historiographie africaine indigène. Cette première étape a, dans une certaine mesure, ouvert la voie à la réorganisation de l’histoire africaine, mais n’a pas complètement restructuré les calendriers existants qui avaient été imposés de l’extérieur. Nous allons maintenant nous pencher sur le processus de recréation de l’histoire africaine et de ses précurseurs, et examiner la périodisation de l’histoire africaine et ses lacunes, et faire de puissantes suggestions sur la voie à suivre.

Le précurseur de la renaissance historique africaine

Un des chercheurs pionniers de l’historiographie africaine : l’historien nigérian Adiele Afigbo. Photo de 2004 par E. Afigbo, CC BY-SA via Wikimedia Commons.

Comme nous l’avons souligné dans l’introduction, l’attitude européenne vis-à-vis de l’histoire africaine est caractérisée par l’exploitation et la domination. Ainsi, pour rendre plus légitime la spoliation du continent par les européens, tout ce qui était primitif lui était associé. De cette manière, l’esclavage et la colonisation étaient justifiés comme des moyens de « civilisation » du « peuple primitif ». Il n’est pas surprenant que les nationalistes africains et le mouvement Panafricain ont travaillé pour la reconstitution de l’héritage africain grâce à l’étude et l’écriture de l’histoire africaine par des africains. Dans son discours devant le Congrès des Africanistes au Ghana en 1962, Kwameh Nkrumah, remercie les organisateurs pour leurs « efforts [qui] ont contribués à une renaissance de la curiosité scientifique envers les études africaines, mais que les choses se rapportant à l’Afrique devraient être examinées de manière plus objective et impartiale » (Nkrumah : 1964, 10). Au début de l’historiographie africaine, des historiens africains ont découvert que les grecs, les romains et les arabes avaient écrit sur l’Afrique bien avant les européens et les américains, et ce de manière véritablement scientifique, motivés par un désir de connaissance. Bien que leurs écrits comportent des déformations du réel, ils révèlent une certaine compréhension des réalités en Afrique. Cependant, à l’époque de l’esclavage et du colonialisme, les européens avaient le désir de dénigrer le continent et de justifier l’exploitation, la domination et le colonialisme (Afigbo, 1984 :4). Ce désir déforme les réalités africaines et leur passé. L’historiographie africaine doit faire face à un problème d’accès aux sources écrites, en particulier pour l’espace subsaharien. Pour certains détracteurs du passé africain comme Hegel et Trevor-Roper, ce manque de sources écrites était une preuve de l’absence de patrimoine historique africain.

La vague de conscience nationaliste et africaniste débutant dans les années 1940 et 1950 a produit des historiens dynamiques et éloquents qui ont défendu l’histoire et les études africaines en produisant une érudition nouvelle sur le passé africain et ses confrontations. Ce mouvement était également soutenu par des leaders nationalistes en Afrique, parmi eux il y avait Kwame Nkrumah du Ghana, Nnamdi Azikiwe du Nigeria, Leopold Sedar Senghor du Sénégal, Kenneth Kaunda de Zambie, Julius Nyerere de Tanzanie, Jomo Kenyatta du Kenya et bien d’autres. Curieusement, Kenneth Dike était présent parmi des chercheurs venant d’Afrique de l’Ouest et d’autres parties d’Afrique noire, pour diriger la lutte naissante autour du rétablissement et de la réformation de l’érudition africaine. Il était un des premiers africains à avoir étudié l’histoire en dehors de l’Afrique, ayant obtenu un doctorat très jeune avant de retourner au Nigéria pour enseigner à la seule Université du pays de l’époque : le University College Ibadan.

Kwame Nkrumah (1909-1972), historien et président du Ghana de 1951 à 1966, avec Ernesto Che Guevara en 1965. Image : domaine public, via Wikimedia Commons.

Le retour de Dike marque un tournant dans l’étude de l’histoire du Nigéria et de l’Afrique en général. En 1956, il devient le premier directeur d’un département d’histoire au University College Ibadan pour ensuite devenir le premier vice-chancelier africain de cette université. Sa première publication était un chef-d’œuvre intitulé : Trade and politics in the Niger Delta 1830-1885, (1956) ; ouvrant la voie aux études africaines et à l’historiographie. L’ouvrage était également un accomplissement car il réalise le rêve de Dike d’une renaissance de l’historiographie africaine notamment grâce à l’usage de l’histoire orale pour la première fois. Quand le livre paraît, l’érudition historique africaine indigène s’était développée seulement en dehors de l’Afrique. Ainsi, la publication de Dike marque le début d’une érudition radicale historique à l’intérieur de l’Afrique, avec à la base l’oralité comme source de reconstruction du passé africain et redéfinissant l’étude de l’histoire du continent sans appui européen. Dike étudie la relation entre des commerçants européens et des intermédiaires africains dans le delta du Nigéria. Il a découvert que les commerçants européens qui écrivaient sur leurs activités commerciales sous-estimaient ou du moins minimisaient le rôle de leurs homologues africains dans leurs interactions. Les tentatives de discréditer les sources orales en tant qu’outils précieux de la reconstruction de l’histoire des sociétés sans écriture ont échoué face à une conscience panafricaine émergente et parallèle à un mouvement de renaissance historique. Dike défendait une renaissance de l’histoire africaine traditionnelle. Celle-ci reposait sur l’examen critique et systématique des sources orales et l’enrichissement des résultats à l’aide de littérature secondaire, en suivant le modèle de l’historiographie occidentale. Enfin, l’ajout de preuves dérivées de l’archéologie ou d’autres sciences auxiliaires en constitue l’étape finale (Afigbo, 1984 : 3). Dans sa présentation au Congrès international des africanistes à Accra (Ghana), il a parlé de « la redécouverte du passé africain et la réorientation de l’attitude mondiale face au continent africain et son passé » (Dike, 1962 : 5). Les recherches et les publications de Dike ont eu un impact fort sur l’érudition africaniste, comme si l’histoire africaine se dévoilait enfin. Il a en quelques sorte ouvert le chemin de l’histoire africaine par l’utilisation et le déploiement de l’histoire orale. Son ouvrage Trade and Politics in the Niger Delta a inspiré plus de huit livres portant sur les aspects d’histoire précoloniale et coloniale du Nigéria. Il a également éveillé l’usage de témoignages oraux en substitution pour les sources d’archives écrites quand celles-ci n’existent pas. La publication de l’ouvrage de Dike et de ses autres écrits à l’époque de la contestation du colonialisme a stimulé l’étude de l’histoire en tant que discipline parmi les nigériens et même dans les autres pays africains. Au Nigéria, l’étude de l’histoire devenait extrêmement populaire et le pays comptait à cette époque le nombre le plus élevé d’historiens africanistes.

Nnamdi Azikjwe (1904-1996), président du Nigéria lors de l’indépendance et chercheur accompli. Ses écrits ont inspiré beaucoup d’africains, particulièrement lors des campagnes anti-coloniales. Image : I. N. Chimee.

Dans d’autres parties de l’Afrique, la reconstruction du passé se poursuivait également. Mis à part l’Afrique du Nord et l’Afrique de l’Est, où l’influence arabe s’était répandue et où les documents écrits existaient à une échelle suffisante, les sources orales et les preuves archéologiques commençaient à être déployées de manière virulente dans un effort de reconstruction historique de l’Afrique. Durant cette période, les africanistes ont émergé, un développement radical et nouveau dans l’étude de l’histoire et de la culture africaine par les africains et une avancée vers une nouvelle historiographie africaine. Dike avait développé une approche double : l’histoire africaine doit être l’histoire des peuples africains et pas seulement l’histoire de leurs envahisseurs d’Europe ou d’Asie et les études sur les contacts européens en Afrique où les documents d’archives européens demeurent la source principale, doivent se concentrer sur le rôle des africains dans les évènements qui ont façonné le continent (Dike, 1965).

Les efforts de Dike en tant que pionnier d’histoire africaine ont fait émerger de nombreux historiens africanistes qui ont poussés un peu plus loin les frontières de la reconstruction historiographique africaine. Cela a conduit à la production de huit volumes d’histoire africaine sponsorisés par l’UNESCO. Chacun de ces huit volumes UNESCO General History of Africa couvre des aires géographiques et chronologiques sensibles et a été édité par des spécialistes du continent africain. Les contributeurs dans chaque chapitre sont des experts des aires qu’ils commentent, donnant à ces volumes une force et une autorité. Les auteurs de ces chapitres utilisent en grande partie les témoignages oraux, l’archéologie et les preuves culturelles et linguistiques pour souligner leurs positions et arguments. De cette manière, ils s’inscrivaient dans la lignée de Dike. Il n’est pas étonnant que, dans sa préface dans la UNESCO General History of Africa, Ahmadou-Mathar M’Bow, directeur général de l’UNESCO à l’époque, s’est moqué des préjugés eurocentriques à l’encontre de l’histoire africaine et de sa dissimulation du reste du monde par les européens. Il ajoute que « même si l’Iliade et l’Odyssée étaient considérés comme des sources essentielles de l’histoire de la Grèce antique, la tradition orale africaine, la mémoire collective des personnes qui tient le fil des évènements marquant leurs vies, a été rejetée. » Il poursuit en affirmant que l’époque médiévale européenne sert souvent de critère, les modes de production, relations sociales, institutions politiques sont représentés seulement en référence au passé européen (Martha M’bow, 1981 : XXIII).

Kenneth O. Dike (1917-1983) était un historien igbo-nigérian et le premier vice-chancelier nigérian de l’Université d’Ibadan. Image de Sandra Stowell, CC BY-SA, 3.0., via Wikimedia Commons.

Après la publication des volumes UNESCO General History of Africa, le principal défi était de maintenir la cadence de la recherche historique et de la documentation déclenchée par ce projet. Celles-ci devaient s’étendre grâce à l’accès aux fouilles archéologiques dans toute l’Afrique qui a permi de restructurer des périodes utilisées en histoire africaine et en histoire locale indigène des sociétés africaines. Cependant, les historiens africains ont manqué de définir quelles périodes historiques devraient être conçues pour l’Afrique et comment les évènements devraient être périodisés en abandonnant le modèle occidental. Cela s’est produit que très rarement, dans des contextes historiques très localisés.

L’historiographie africaine et les défis de la périodisation européenne

La périodisation est une manière d’ordonner les idées et les évènements pour qu’ils s’inscrivent dans des séquences d’occurrence. Selon Shaw, (Shaw, 2010, 1), « les périodes et les évènements sont des concepts qui organisent notre compréhension et notre connaissance du passé ». Stearns, quant à lui, voit la périodisation comme une construction européenne créée en tant qu’« outil conceptuel permettant d’étudier le changement au fil du temps et qui rend possible l’enseignement de l’histoire (Stearns, 1987 : 561). Pour Bloch (Bloch, 1953 : 28-29), « la périodisation est une stratégie que les historiens utilisent pour représenter le changement et la continuité » ; il considère que c’est un défi central auquel doivent faire face les historiens. Berkhofer Jr. a également observé que « le temps, historique (ou pas) doit être divisé pour être raconté » (Berkhofer, 2008 : 129). Pour l’historiographie africaine, il reste encore un obstacle à franchir, c’est celui de la périodisation. L’histoire africaine à l’époque postcoloniale a émergé comme le résultat d’une lutte incessante par des historiens africains pour restaurer son statut réel, et celle-ci continuera jusqu’à ce qu’une chronologie acceptable et correspondant aux évènements du passé lointain s’impose. Après les publications de l’UNESCO, les fouilles archéologiques en Afrique attirent beaucoup d’attention. Cette dernière est justifiée car beaucoup de choses se cachent sous la surface de l’Afrique. Avant la traite atlantique, les États africains entretenaient des relations diplomatiques avec certains États européens, par exemple le royaume du Benin au Nigeria et la chefferie du Warri, dans le Delta du Niger. Le Warri a développé une relation avec le Portugal dès le XVe siècle, et donc plus de trois cents ans avant la colonisation britannique du Nigéria. Il y a des absurdités dans la périodisation de l’histoire africaine, et particulièrement dans ce cas. Les découvertes archéologiques à travers l’Afrique depuis les années 1960 ont porté des fruits. Au Nigéria par exemple, les trouvailles Igbo Ukwu révèlent une culture et civilisation Igbo dynamique basée sur un système de parenté depuis le VIIIe siècle, bien avant la conquête normande d’Angleterre, tandis que le schéma actuel de périodisation de l’histoire africaine ne tient pas compte de cette réalité. Ainsi, le passé d’une multitude de sociétés africaines ne bénéficie pas du schéma de périodisation africain actuel.

Bénin-City dans une lithographie européenne de 1668. Image : domaine public, via Wikimedia Commons.

Définir des périodes ou des phases en histoire n’est pas une erreur mais contient un certain nombre de défis quand la périodisation n’est pas autochtone et ne tient pas compte du contexte général des évènements d’Afrique, en tant que continent. Il ne devrait pas y avoir de règle absolue sur la périodisation. L’historiographie africaine est toujours confrontée à ce défi. Les exemples où la chronologie de l’histoire locale en Afrique de l’Ouest débute en 1800 sont nombreux. En 1800, les premiers contacts européens ont été établis dans de nombreuses parties du continent, mais ce n’est guère le début de l’histoire locale des populations. Au Nigéria, un enseignement local s’intitule Igboland depuis 1800, ce qui implique que l’histoire de ce peuple n’a commencé qu’en 1800. Cela démentit la lutte pour la reconstruction de l’histoire africaine car la périodisation de l’histoire locale coïncide avec la rencontre des européens avec les peuples indigènes. Pour cette raison, un appel est lancé aux historiens d’Afrique, en particulier au sud du Sahara et dans la ceinture forestière, pour intensifier leurs efforts de recherche archéologique et de sondage des régions reculées d’Afrique pour retrouver le passé caché. L’histoire africaine devrait suivre l’histoire des événements en Afrique et raconter les forces qui ont façonné ces événements depuis l’Antiquité ; l’idée d’une structure périodique dans l’histoire africaine devrait être élaborée en fonction des séquences des développements sur le continent au cas par cas, sans nécessairement suivre des modèles européens préexistants. Les calendriers et les échelles numériques autochtones devraient être intégrés dans la périodisation des différentes histoires des groupes en Afrique ; cela créera une rupture avec le schéma de périodisation existant qui pèse davantage sur les échelles eurocentriques.

Conclusion

Cet article a interrogé la périodisation de l’histoire en Afrique, éclipsée par les chronologies et les échelles de périodisation européennes. L’article montre que la recherche historique africaine ne peut pas se soumettre totalement au format eurocentrique de l’historicisation des événements en Afrique et que l’Afrique devrait concevoir ses propres échelles et périodes pour s’adapter à ses particularités et à ses défis. Il met en avant l’émergence de la recherche historiographique africaine, en particulier en Afrique subsaharienne, en se penchant sur le rôle de certains historiens africains pionniers comme Kenneth Dike, qui a insisté sur le fait que l’histoire africaine devrait porter sur les événements africains et les forces qui les ont façonnés.

This text is a French translation of an article originally published on this blog. The French translation was first published at Bureaucratisation des sociétés africaines.


Bibliographie

Afigbo, Adiele Eberechukwu (1984), K. O. Dike and The African Historical Renascence, (Nigeria: Rada Publishers, Owerri).

Berkhofer Jr., Robert F. (2008), Fashioning History: Current Practices and Principles, (New York: Palgrave Macmillan).

Bloch, Marc (1953), The Historian’s Craft, trans. by Peter Putnam, (New York: Knopf).

Dike, Kenneth, (1956), Trade and Politics in the Niger Delta, (Oxford University Press).

Dike, Kenneth (1964), “Address of Welcome to the First International Congress of Africanists”, in Proceedings of the First International Congress of Africanists 11-18 December 1962 (Northwestern University Press).

Dike, Kenneth (1965), “Forward” to Ajayi, J. F. A and Espie, I. (eds.), A Thousand Years of West African History, (Ibadan University Press).

Hegel, Georg Wilhelm Friedrich, The Philosophy of History, (1956), trans. by J. Jibree, (New York: Dover): Africa is “no historical part of the World; it has no movement or development to exhibit”.

M’ Bow, Ahmadou-Mathar (1981), General History of Africa I: Methodology and African Prehistory, ed. by J. Ki-Zerbo, (Paris: UNESCO).

Nkrumah, Kwame, (1964), “Address delivered to mark the opening of the First international Congress of Africanists”, in The Proceedings of the First International Congress of Africanists, (Northwestern University Press).

Shaw Ryan, Benjamin, (2010), “Events and Periods as Concepts for Organizing Historical Knowledge”, doctoral thesis, University of California Berkeley, 1.

Stearns, Peter, (1987), “Periodization in World History Teaching: Identifying the Big Challenges”, The History Teacher, 20, No. 4, 561.

Seligman, Charles, (1930), Races of Africa, (London).

Trevor-Roper, Hugh (1963), “The Rise of Christian Europe”, The Listener, (28 November 1963), 871.


À propos de l’auteur

Ihediwa Nkemjika Chimee enseigne au département d’Histoire et d’études internationales de l’Université du Nigéria, Nsukka Nigeria. C’est un spécialiste d’histoire politique, d’études  du conflit, des génocides et de l’environnement, l’histoire des sciences et des techniques ainsi que des « social and cultural studies ». Il a été invité à des conférences en Europe, Israel, Asie et Afrique.

En décembre 2017, Chimee a participé à la conférence annuelle « Chronologics » du Forum Transregionale Studien et de la fondation Max Weber (Maison de France, Berlin, 7-9 December 2017). Cet article est une version améliorée et révisée de son intervention. La conférence a été convoquée par Thomas Maissen (Deutsches Historisches Institut Paris), Barbara Mittler (Universität HeidelbergForum Transregionale Studien), et Pierre Monnet (Institut franco-allemand de sciences historiques et sociales). La documentation de la conférence se trouve ici.


Citation: Ihediwa Nkemjika Chimee, L’historiographie africaine et les défis de la périodisation européenne : un commentaire historique, in: TRAFO – Blog for Transregional Research, 06.04.2021, https://trafo.hypotheses.org/26846.


You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search