« Le concept de la bureaucratie appliqué dans le secteur de la santé » – Interview avec Aissatou Seck

Aissatou Seck est doctorante en histoire de la santé à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar et membre du groupe de l’IHA-CREPOS pour la conduite du programme sur la Bureaucratisation des sociétés africaines. Dans le cadre de ses recherches de thèse, elle s’intéresse à l’étude de la bureaucratie sanitaire en mettant l’accent sur les politiques de gestions des maladies endémo-épidémiques et leurs enjeux en Afrique de l’Ouest précisément au Sénégal. En travaillant sur des différentes pratiques et procédures bureaucratiques entreprises par l’état colonial français et les Etats post indépendants, elle analyse  les crises endémo-épidémiques qui ont secoué l’Afrique de l’Ouest au cours du XXe siècle.

Vous travaillez sur les pratiques bureaucratiques qui répondaient aux crises endémo-épidémiques en Afrique-Occidentale française (AOF) entre 1895 et 1960 : Pourriez-vous nous parler un peu de votre projet de recherche ? Quels étaient vos « points de départs » en lançant le projet, quelles sources sont cruciales pour votre travail et est-ce que vous pouvez déjà relever des résultats préliminaires ?

Je tiens à vous remercier d’abord pour vos questions concernant ma recherche doctorale et à souligner les modifications apportées sur le titre de la thèse qui porte sur : La bureaucratie sanitaire à l’épreuve de la gestion des grandes endémo-épidémies du XXe siècle en AOF (Sénégal). Parlant des points de départs du projet de recherche, je dirai que c’est une continuité de mon travail de mémoire en master 2 qui portait sur les systèmes de contrôle  de la maladie du Sommeil ou trypanosomiase humaine africaine en AOF notamment au Sénégal en contexte colonial[1]. En travaillant sur l’histoire et l’évolution de la gestion de cette maladie par l’administration coloniale française et ses acteurs médicaux, j’ai pu constater que certaines pratiques bureaucratiques ont été d’un apport essentiel dans la maîtrise et la lutte contre cette maladie qui à partir des années 1930 jusqu’à la veille des indépendances constitue un véritable problème de santé publique dans l’ensemble des colonies de l’AOF.

Contrôle et fichage des personnes victimes de la maladie du sommeil en AOF | Source: Archives de l’Institut Pasteur de Paris

Parmi ces pratiques que je considère comme relevant d’actes bureautiques, il y a le déploiement et l’application de nombreux lois ou règlements sanitaires institués dans la prévention et le contrôle médical de la maladie du sommeil par l’administration coloniale françaises et ses acteurs médicaux. Ensuite, la division des zones contaminées de l’AOF en des secteurs de prophylaxie où les mécanismes de lutte contre la maladie du sommeil entreprise en 1939[2], tournaient en grande partie autour de l’organisation des recensements des populations, les dépistages de masse avec des mécanismes d’identification et d’encartement des malades, la production des passeports sanitaires au niveau des frontières terrestres, la politique de propagande de la médicine de masse impliquant des intermédiaires dans les populations locales etc. Toutes ces procédures et dispositifs bureaucratiques engendrant des rapports de pouvoirs auxquels j’ai pu recueillir des témoignages oraux dans certaines localités du Sénégal touchées par la maladie à l’époque, m’ont permis d’appréhender concrètement les stratégies administratives de la gestion des maladies qui ont le plus marquée l’histoire sociale de l’Afrique de l’Ouest  et ont nourri ma réflexion autour du concept de la bureaucratie appliqué dans le secteur de la santé.  

Il s’y ajoute également que les nouvelles interrogations sur l’historiographie de la médecine coloniale en Afrique[3], suscitent un intérêt scientifique de questionner les politiques de santé publique de l’Afrique subsaharienne en analysant leurs fonctions en contexte colonial mais également de leur évolution, les ruptures et les changements au lendemain des indépendances. Sous ce rapport, l’étude de la bureaucratie sanitaire me semble révéler une interaction d’enjeux autour de la gestion des endémo-épidémies qu’il faut analyser à différents niveaux (politique, économique, médical et social). Pour démontrer cet état des faits, les sources déterminantes dans notre travail concernent à la base les archives composées des rapports périodiques des services de santé de l’AOF en particulier du Sénégal, des journaux et publications des médecins coloniaux, des différentes revues scientifiques sur les  maladies tropicales et de la médecine coloniale, les journaux officielles de l’AOF et du Sénégal où sont publiés les différents arrêtés, circulaires et décrets relatifs à la gestion des endémo-épidémies, les albums iconographiques des médecins coloniaux qui illustrent beaucoup de pratiques médicales dans les colonies.

Les enquêtes orales constituent également une part importante des sources que j’utilise dans ma recherche. Ce sont souvent des témoignages recueillis auprès des populations qui ont vécu où ont gardé les souvenirs des crises épidémiques, des pratiques médicales et sociales, des anciens professionnels de santé, des acteurs des ONG qui militent pour l’éradication des grandes endémies comme le paludisme, la lèpre, certains membres de chefs traditionnels impliqués dans la gestion des endémo-épidémies etc. L’analyse de ces différentes sources me permettra d’aboutir à des résultats contribuant à une bonne connaissance de la période étudiée, son apport à l’histoire de santé colonial et post colonial, de ses acteurs et des pratiques.

À votre avis, quel rôle joue la recherche sur l’histoire de la santé dans la recherche historique en générale, et est-ce que vous pensez que la situation actuelle sur fond de la pandémie globale du COVID-19 changera le regard sur ce champ de recherche ?

L’histoire de la santé contribue d’une manière générale à la connaissance et aux renouvellements des savoirs dans la recherche historique. Elle est fondamentale dans la mesure où elle s’intéresse aux faits sociaux relatifs à la compréhension des maladies qu’elles soient épidémiques ou endémiques, de leurs causes et leurs impacts sociaux qui sont depuis des siècles relatés dans la recherche historique médiévale, moderne et contemporaine. En ce sens, il faut souligner que la situation du covi19 a mis en exergue l’importance de la recherche dans tous les domaines des sciences. En m’appuyant sur l’exemple du Sénégal, une importante remarque se fait sur la mise en place d’un Observatoire national des Sciences, des technologies et de l’innovation pour la riposte contre le Covid19 qui réunit des chercheurs de toutes les universités et institutions de recherche du Sénégal, de la société civile et des experts de la diaspora[4]. A ce titre, la recherche historique sur les expériences épidémiques du passée est aussi mobilisée pour contribuer à la gestion efficience de cette nouvelle affection épidémique au Sénégal. Et cette situation incite à réfléchir sur le nouveau regard qu’on doit porter à la recherche particulièrement dans beaucoup de pays d’Afrique où elle constitue un secteur à parents pauvres.

Est-ce que la situation actuelle a des conséquences immédiates pour votre recherche, étant donné que tous conférences et tous voyages sont suspendus, bibliothèques et archives fermées etc. ?

Les impacts de la situation actuelle sont assez énormes dans le secteur de la recherche d’une manière générale. Par rapport à mon travail, la situation actuelle me ramène d’abord à un calendrier de travail chamboulé qui risque de se répercuter sur la finalisation de ma thèse en trois années. En plus de la fermeture des lieux de documentations, les enquêtes de terrains destinées à compléter l’analyse de mes données d’archives et littéraires, sont irréalisables pour le moment vu l’interdiction des voyages et des déplacements liées aux mesures de ripostes contre le Covid 19. La suspension des activités scientifiques comme les colloques, séminaires et conférences favorisant d’intéressants échanges interdisciplinaires restent aussi significatifs sur les effets de la crise sanitaire actuelle. La psychose sociale et l’incertitude dans lesquels se trouvent les Etats sur les perspectives de la pandémie engendrent aussi des retentissements sur les états d’esprits.

Vous travaillez au sein du groupe de recherche transnational » La bureaucratisation des sociétés africaines « : Quels sont vos expériences avec le groupe et quelle influence a cette structure académique sur votre thèse ?

Mes expériences avec le groupe de l’IHA-CREPOS, remonte en 2017, année à laquelle j’ai obtenu une subvention de mon mémoire de master2 dans le projet « Identité, identification et bureaucratisation en Afrique subsaharienne (XIXe-XXIe siècle) : Pouvoirs, matérialités, subjectivations » qui a été coordonné par Sévérine Awenengo Dalberto. La fin de ce projet m’a permis avec tout le groupe de participer au colloque international sur « Identité de papier, papier d’Identité en Afrique contemporaine XIXe-XXIe siècle » qui s’est tenu à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar en juin 2018. Ces premières expériences dans le domaine de la recherche ont aussi contribué à pousser mes réflexions vers la réalisation de mon projet sur la bureaucratie sanitaire et qui m’a permis depuis février 2019 d’obtenir une bourse doctorale au sein du programme « La bureaucratisation des Sociétés Africaines » digérée par Susann Baller. A ce titre, mon intégration dans le programme m’a facilité les conditions financiers de ma recherche avec la possibilité de visiter les autres d’archives étrangères comme celles de la France où j’ai effectué en octobre 2019, des recherches dans différentes sites de documentation en l’occurrence les archives de l’Institut pasteur, les archives diplomatiques de la Courneuve, les archives de l’Université Saint-Denis et la bibliothèque de François Mitterrand de Paris.

Les profils interdisciplinaires (politistes, historiens, sociologues et anthropologues) qui constituent ce groupe de recherche transnational et les échanges effectués entre post dotant (es) et doctorant (es) me permettent d’apprendre et d’acquérir des expériences en travail d’équipe en adoptant une approche interdisciplinaire surtout socio-historique dans l’analyse de mes données de recherches. Les activités scientifiques organisées par le programme, l’encadrement et le soutien de ses membres à la participation des rencontres scientifiques internationales m’ont permis de prendre en considération d’autres pistes de réflexions qui m’aident approfondir mes questions de recherches. Entre autres facteurs d’influence de la structure il y’a également l’élargissement de mon réseaux de connaissance dans le monde de la recherche.

[1] A. SECK, 2017, La Trypanosomiase humaine en AOF : trajectoire du système de contrôle et les défis du Services des Grandes Endémies. Sénégal 1901-1958, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Faculté des Lettres et Science Humaines, 132 pages

[2] G. Muraz, 1942,  L’Organisation du Service Autonome de la Maladie du Sommeil en AOF et Togo, Algérie, Imprimerie polyglotte  africaine,  402 p

[3] G. Lachenal, 2009, « Le médecin qui voulut être roi. Médecine coloniale et utopie au Cameroun »,  Annales. Histoire, sciences sociales. Vol. 65. No. 1. Cambridge University Press, p. 122

[4] ocovid19sn.com/


Citation: « Le concept de la bureaucratie appliquée dans le secteur de la santé » – Interview avec Aissatou Seck, in: TRAFO – Blog for Transregional Research, 26.05.2020, https://trafo.hypotheses.org/23926.


You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search